Enseignement supérieur/ Formation

[Projet d’implantation de l’Université dans l’Ouest guyanais] : deuxième réunion du comité de pilotage de l’étude de faisabilité

Ce 6 novembre, Sophie CHARLES, maire de Saint-Laurent du Maroni, participait au deuxième comité de pilotage de l’étude de faisabilité autour de l’implantation de l’Université dans l’ouest guyanais en compagnie de Josette LO-A-TJON, adjointe déléguée aux affaires scolaires. Etaient présents Yves DAREAU, sous-préfet de l’arrondissement de Saint-Laurent, Antoine Primerose, président de l’Université, ainsi que les représentants du rectorat, de la CTG, de l’EPFA Guyane, de la CCIG et de la Ville de Saint-Laurent du Maroni.


Ce comité de pilotage qui se tenait à Saint-Laurent du Maroni visait à présenter les résultats de la première phase de l’étude de faisabilité centrée sur le diagnostic du territoire.
Lors de cette phase, il s’est agi d’analyser l’offre de formation existante ainsi que les besoins en la matière, de dresser un état des lieux de la recherche en Guyane, de définir les points forts et les voies d’amélioration de l’Université de Guyane ainsi que d’identifier les opportunités de développement.

Une première phase qui va se poursuivre dans les semaines à venir par une réflexion autour du projet prospectif de développement de l’Université de Guyane dans l’Ouest guyanais. Ce projet intégrera à la fois l’offre de formation du futur pôle universitaire ainsi que son lieu d’implantation.

 
Au final, l’enjeu de l’ensemble de l’étude sera d’actualiser le Schéma Directeur de Développement de l’Université de Guyane. Et ce, en lien avec les évolutions, démographiques notamment, de l’Ouest et l’accroissement constant des besoins en matière de formation dans cette partie du territoire. Aujourd’hui 40% des étudiants de l’Université de Guyane sont originaires de l’Ouest guyanais.
Madame le maire a insisté sur sa volonté de voir s’implanter dès que possible un pôle universitaire sur Saint-Laurent afin de répondre aux besoins du territoire. Par ailleurs, elle a rappelé sa volonté de voir s’installer un pôle qui ressemble à l’Ouest guyanais en dispensant des formations complémentaires de celles proposées sur Cayenne et spécifiques à cette partie de la Guyane.
Enfin, Madame le maire a rappelé que ces formations devront également être adossées à des pôles de recherche innovants dans une approche transfrontalière notamment. Cette attention portée à la recherche, à l’innovation et à la dimension internationale est également partagée par le président de l’Université.


Rédigé le Jeudi 8 Novembre 2018 - Service de la Communication

Maternelle et élementaire | Collège et Lycée | Enseignement supérieur/ Formation | Périscolaire