L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

Communiqués

Rejoignez-nous !







Vie citoyenne

Cérémonies du 14 juillet


Les cérémonies du 14 juillet ont débuté par le traditionnel dépôt de gerbes au monument aux morts.
Étaient notamment présents Yves Dareau, sous-préfet de l'arrondissement de Saint-Laurent du Maroni, Léon Bertrand, Maire de Saint-Laurent du Maroni, Lénaïk Adam, député de la 2ème circonscription de la Guyane, le Colonel Stéphane Fontaine, chef de corps du RSMA de la Guyane et commandant d'armes de la garnison de Saint-Laurent du Maroni, Franck Ventribout, commandant de la gendarmerie de l'ouest, les élus de la Ville de Saint-Laurent ainsi que l'ensemble des officiels.
La prise d'armes qui a suivi s'est déroulée devant un large public.
A l'issue de cette cérémonie, Messieurs Léon Bertrand, Maire de Saint-Laurent du maroni, et Yves Dareau, sous-préfet de l'arrondissement de Saint-Laurent du Maroni, ont prononcé un discours à la mairie de Saint-Laurent du Maroni.
Au cours de ce discours, Monsieur le Maire, a rappelé que au delà des festivités, le 14 juillet reste une journée symbolique dans l'histoire de France ; et aux valeurs républicaines "Liberté, Egalité et Fraternité", il a ajouté le principe d'Unité.
Léon BERTRAND a notamment rappelé la situation complexe du territoire saint-laurentais qui nécessite une unité à 3 niveaux :
- l'unité des élus, qui une fois les joutes électorales passées doivent relever, ensemble, les nombreux défis du territoire
- l'unité des services de la Mairie et des partenaires pour limiter les dépenses et trouver des solutions adaptées aux besoins de la population
- et enfin l'unité collective découlant notamment de la responsabilité individuelle. Dans le domaine de la propreté urbaine et du jet des déchets, plus de civisme limiterait le nombre de déchets à terre et éviterait les pollutions visuelles, environnementales et la création de dépenses supplémentaires pour la commune.
Il en va de même sur la question du vandalisme des écoles qui est la plupart du temps le fait d'enfants du quartier. Ces dégradations coûtent très cher chaque année à la Ville (surveillance, réparation). Or, cet argent pourrait être investi dans des activités au profit des jeunes et des familles si ces nombreuses dégradations n'avaient pas lieu.


Rédigé le Jeudi 19 Juillet 2018 - Service de la Communication

Propreté urbaine | Vie citoyenne | Tranquilité urbaine | Election | Recensement