Les archives

Rencontre avec Sébastien Joanniez : lecture de textes


Rencontre avec Sébastien Joanniez : lecture de textes
Dans le cadre de Lire en Fête 2008, l'Alliance Française de Cayenne, la Bibliothèque municipale Icek BARON, la scène conventionnée Kokolampoe, l’association KS AND CO et la Mairie de Saint-Laurent du Maroni vous proposent de partir à la rencontre de Sébastien Joanniez, auteur jeunesse et comédien
le vendredi 10 octobre 2008 de 9h à 11h au Cinéma municipal Le TOUCAN à Saint-Laurent du Maroni

L’auteur y lira ses textes ainsi que les lycéens de l’option théâtre de la scène conventionnée.
L’entrée sera libre pour tous.


Sébastione JOANNIEZ

Rencontre avec Sébastien Joanniez : lecture de textes
Né en 1974 à Dijon, Côte-d'Or
Vit en Ardèche

Auteur de textes
Auteur, comédien et metteur en scène. A également écrit le scénario d'un long métrage documentaire, "Malgré la nuit", diffusé à la RTBF en 2004. S.J.

Bibliographie
Treizième avenir, Éditions Sarbacane, Exprim', 2006.

Fred et Fred, illustrations de Nathalie Novi, Éditions Sarbacane, 2005. Réédition en 2007.

Je fais ce que je peux, Éditions Sarbacane, 2004.

Dans quels déserts tu ranges tes soifs ?, Sanguine, 2004.

C'est loin d'aller où, Éditions du Rouergue, 2003.

Terminus noël, Éditions du Rouergue, 2002.

Marabout d'ficelle, illustrations de Régis Lejonc, Éditions du Rouergue, 2002.

La mort

Je peux pas y croire : sans eux c'est pas pareil qu'avec et j'ai beau l'imaginer, j'ai pas l'imagination pour ça.

Parce que sans lui qui m'explique pourquoi, qui me raconte comment, qui m'apprend.

Parce que sans elle qui m'embrasse.

Parce que sans eux, j'ose même pas y penser.

Et parfois pourtant, je voudrais les détester, je voudrais faire qu'on se rencontre plus jamais et jamais se ressembler jusqu'au nom.

Je peux penser à ça sérieusement.

Et puis l'image de moi sans eux me claque à la figure et j'ai peur tout à coup de l'idée. Alors je l'oublie aussi vite, je la jette aux oubliettes, je l'expédie.

Il me reste le coeur tambourinant, un mauvais goût dans la bouche comme si j'avais mâché du métal.

Il me reste l'angoisse que je peux pas m'enlever qu'un jour se lèvera sans eux.

Et je laisse l'idée loin de moi, je cours vers eux, je les entoure de mes bras pour que rien s'en aille.

Et rien s'en va, rien s'en va que l'idée dans l'ombre qui se cache. L'idée noire.

Extrait de "Je fais ce que je peux" © Éditions Sarbacane, 2004

Rédigé le Lundi 6 Octobre 2008 - Service de la Communication

La mairie | Vie pratique | Culture/Patrimoine | Sport et Loisirs | Aménagement du territoire | Economie et solidarité | Vie citoyenne | Vie associative | Tourisme | Communiqués | En guyane et ailleurs | Les archives | La Ville au rythme des vacances