Les archives

Bilan du 1er Forum des Actions de Prévention organisé le 19 et 20 mai dernier à la Mairie de Saint-Laurent du Maroni

Organisé par l' Atelier Santé Ville du Centre Communal d’Action Sociale et la Coordination des Actions de Prévention de l’Ouest


Ont participé à ce Forum :

ARNAUD Fallone/Réseau Matoutou, ATTICOT Pascal/ABEOG, BADIA Vladimir/CollègeIV, BARBE Diana/CGSS, BILLY Murielle/MLRG, BITSI Jacques Alain/CMPI, CARLES Elisabeth/CHOG, CATHELIN Anne-Marie/Région Guyane, CETOUT Emma/Régie de quartiers, DAPOU Nelson/Mama bobi, DEGARDIN Bénédicte/Lycée II, DEL Pishine/Régie de quartiers, DELAVAL Céline/Mairie SLM, DJAKOVIC Michel/CMPPOG, DONGA Ramon/Régie de quartiers, DUARTE Sabine/Collège Paul-Jean Louis, GASPARD Michèle/GRID, GAUTHIER Ghislaine/PMI, GIROU Claire/AIDES, GRANDISON Hélène/AIDES, GRANT Orlando/In’PACT, GUILLEMOT Anne/Réseau Matoutou, GUILLEMOT Gérard/Mama bobi, HO-A-SIM Jean-Michel/SDD, JEAN-GILLES Christève/CHOG, JOSEPH Roland/Mairie SLM/SDD, KAYAMARE Marc/Radio RLM/CCL, LABOUS Cyril/CMP/CHOG, LAM TOU KAI STOMP Daniela/Mairie SLM, LEBRUN Fabienne/MLRG, LENG Stéphanie/Guyane Promo Santé, LIENGA Randolph/Mama bobi, LOUANGES Marie-Hélène/AIDES, LOUBIAT Damien/DSDS, LOUISET Sandrine/In’PACT, MARQUI Hélène/Guyane Promo Santé, MASON Shannon/CHOG, MASSEMIN Joanne/CCAS, MONGET Stéphane/CollègeIV, NARDO Coralie/SESSAD APADAG, PERROUD Marc/Mama bobi, POITEVIN Michel/AIDES, PREVOT Brigitte/APADAG, REVEST Marion/La Terre en Héritage, ROCHEMONT Jocelyne/SDD, SANTE Rita/Régie de quartiers, SCHMIDT Dominique/CCAS, SELE Pascal/Réseau Matoutou, SIMON Amélie/CMP/CHOG, SOLVES Karine/La Terre en héritage, TAHUITE VASQUEZ Claudine/GRID, TOGUE Chadeline/Réseau Matoutou, WINDE Sarah/Réseau Matoutou.

SOMMAIRE

Editorial. .
I – Bilan.
II – Fiches de synthèse des interventions :
- Animation diététique, CHOG
- Clip vaccination, Mission Locale
- Contrôle sanitaire de la qualité de l’eau potable distribuée sur le Maroni, DSDS
- Dépistage précoce de la surdité, APADAG
- Education nutritionnelle en milieu scolaire, Lycée II
- EMIPS, un programme transfrontalier, Réseau Matoutou
- Halte aux sacs jetables, La Terre en héritage
- Hygiène Bucco-dentaire, PMI
- Intervention en alcoologie au collège, BON ESPOIR
- Lutte anti-vectorielle, SDD/CG
- Manifestation prévention, CRJL
- Prévention et lutte contre la dengue à l’école, Régie de quartier
- Réseau Santé Environnement, Mama bobi
- Santé Mentale, CMP/CHOG
- Surveillance épidémiologique, DSDS
- Week-end d’actions thérapeutiques, Aides
- Prévention des conduites addictives et à risques, IN’PACT
Conclusion


EDITORIAL

Les actions de prévention menées dans l’Ouest sont particulièrement nombreuses et s’appliquent sur des champs diversifiés allant de la santé publique aux questions d’environnement et de cadre de vie. Il était donc nécessaire de faire connaître et valoriser le travail mené à l’ensemble des professionnels concernés. Le 1er Forum « actions de prévention de l’Ouest » qui s’est organisé le 19 et 20 mai dernier a répondu à cet objectif.

Il a également permis de créer un espace d’échanges entre partenaires associatifs, institutionnels et politiques favorisant le décloisonnement des services.
Face à un climat social diversifié en pleine évolution et souvent difficile, on ne peut qu’encourager cette initiative qui au-delà des échanges a donné la possibilité de consolider le réseau existant et a fait émergé de nouveaux partenariats.

La santé et le bien-être de la population reste l’affaire de tous ; il est donc nécessaire de poursuivre la communication sur le travail réalisé par les différents acteurs pour mobiliser les décideurs et soutenir ces actions.

Une fois encore, nous ne pouvons que féliciter l’initiative des organisateurs et les différentes associations et institutions pour leur implication et leur participation. Cette manifestation doit s’inscrire dans la durée… l’édition 2009 est d’ores et déjà programmée…


Monsieur Roland JOSEPH,
8ème adjoint au Maire, chargé de l’environnement et du cadre de vie,
Mairie de Saint-Laurent du Maroni.

I – BILAN.

Quelques chiffres :
- 53 personnes ont participé au Forum :
- 30 provenant du secteur associatif,
- 23 provenant du secteur institutionnel.
- 15 personnes ont répondu au questionnaire d’évaluation.
- 16 acteurs de la prévention ont proposé une communication.
- 3 ateliers méthodologiques ont été mis en place.
- 27 personnes ont participé aux ateliers méthodologiques.

Globalement l’organisation de cette manifestation a été jugée pertinente et répond aux attentes des différents acteurs. Le renouvellement de cette action est souhaité chaque année. L’ensemble des participants a réalisé de façon autonome la présentation orale ou poster qu’il souhaitait communiquer.
La formule « présentation et atelier méthodologiques » sur 2 journées semble convenir. Concernant les trois ateliers proposés : un contenu plus précis des thèmes abordés durant la séance est souhaité au moment des inscriptions ; la remise de supports pédagogiques est également sollicitée à la fin de chaque atelier.
Concernant l’exposition sous forme de posters : la formule proposée a rendu difficiles les échanges entre exposants et autres acteurs. Une ouverture au public et la mise en place de journées portes ouvertes à destination des scolaires permettrait une autre valorisation du travail mené par les différents acteurs.
Les principaux objectifs ont été atteints : connaissance du réseau d’acteurs, création d’un temps d’échange entre partenaires, présentation des actions menées par les différents acteurs impliqués, reconnaissance du travail proposé, appui méthodologique. Toutefois la faible représentativité des institutions, administrations et élus n’a pas permis les échanges et les contacts souhaités entre acteurs et décideurs.
Plusieurs pistes ont d’ores et déjà été retenues pour la prochaine édition : valorisation du travail mené en réseau autour de certaines actions, temps d’échanges sur une thématique ayant interpellé les différents acteurs au cours de l’année, valorisation le travail mené sur les sites isolés, thématiques des ateliers plus axées sur le développement d’outils, présentation d’expériences de structures extérieures …

II – FICHES DE SYNTHESE DES INTERVENTIONS.

ANIMATION DIETETIQUE

Structure : CHOG/service diététique
Contac : Elisabeth CARLES Cristève JEAN-GILLES
Tél : 0594 34 89 09 / Fax : 0594 34 23 85 cris-tève@hotmail.com
Thématiques : Repas équilibré,
Date mise en oeuvre : Journée Sport et Famille 2007.

Public concerné : Tout public.
Lieu d’intervention : Stade et hall sportif de Saint-Laurent.

Objectifs de l’action

- Montrer l’utilisation facile au quotidien des fruits et légumes locaux,
- Promouvoir la consommation régulière de légumes et de fruits.
- Présenter un plat local cuisiné sans ajout superflu de graisse.
- Montrer que manger équilibré ne signifie pas « régime » ou « austérité »
- Etre disponible pour répondre aux questions diverses concernant :
o l’équilibre alimentaire,
o les techniques de préparation et de cuisson sans graisse
- Distribuer des brochures adaptées à chaque cas.

Description de l’action
- Tenue d’un stand sur la manifestation « La santé par les aliments » :
o Distribution de brochures et affiches (Conception CERIN, INPES, Diététiciennes du CHOG),
o Thèmes abordés : alimentation et activité physique, alimentation et diabète, alimentation et cholestérol, Petit déjeuner
- Présentation d’un menu local pauvre en graisse, riche en fibres et appétissant :
o Salade exotique
o Tarte à l’oignon
o Colombo de poulet/riz blanc
o Salade de fruits Chadèque/pastéque.

Bilan Réussites :
- forte fréquentation du stand,
- intérêt très marqué du public,
- curiosité du public,
- intérêt marqué pour la dégustation : satisfaction et étonnement pour les septiques,
- sentiment de satiété des consommateurs ayant consommé le menu équilibré proposé,
- vente de toutes les entrées et desserts proposés,
- intervention redemandée.

Difficultés :
- Organisation sur fonds propres,
- Nombre de participants volontaires insuffisants
Perspectives Renouvellement de l’action :
o si obtention de soutien financier,
o si mobilisation de partenaires et de cuisiniers supplémentaires



CLIP VACCINATION

Structure : Mission Locale Régionale de Guyane antenne de Saint-Laurent du Maroni.
Contact : Fabienne LEBRUN / responsable de secteur (0594 34 10 00)
Nicole GOMEZ CALDAS / responsable de secteur service accompagnement social (0594 29 61 40)
Thématiques : Vaccination, prévention.
Date mise en oeuvre : Année 2007. (Clip réalisé dans le cadre d’un concours Claps Santé, primé en juillet 2007).
Public concerné : Jeunes.
Lieu d’intervention : La Diffusion du clip est prévue sur toute la Guyane en utilisant diverses voies de diffusion locales et régionales.

Contexte : Festival Clap Santé organisé par l’ANPAA (8ème édition 2008)
- destiné aux 12/25 ans
- objectif principal : rendre compte de l’intérêt des jeunes sur les questions de la Santé au sens large (représentations de la santé, de la prévention santé, des problèmes ressentis de santé).
- autres objectifs : développer les compétences psychosociales des jeunes, faciliter la communication, valoriser les compétences, favoriser la création, sensibiliser et élargir le public
- outil d’expression à utiliser le film Vidéo.

Objectifs de l’action.
Sensibiliser et informer les jeunes sur l’importance de la vaccination,
Permettre à des jeunes à s’adresser à d’autres jeunes sur le thème de la vaccination.
Rendre les jeunes acteurs de leur propre prévention et le faire savoir

Description de l’action Etapes :
Phase 1 : réalisation du Clip (production amateur réalisée) par 4 jeunes de l’ouest guyanais sur le thème de la vaccination.
Phase 2 : réalisation de la production définitive.
Phase 3 : diffusion du Clip.

Méthodologie :
- accompagner les jeunes, mais les laisser faire,
- posture et dynamique de coopération.

Bilan Positif :
- 3 jeunes ont participé à cette action et ont atteint les objectifs qu’ils s’étaient fixés :
o réaliser un clip sur la vaccination
o concourir et éventuellement recevoir un prix,
o diffuser le clip sur le site « Clap santé ».
- le clip a été primé.

Perspectives
- Diffusion du clip sur la télévision RFO, dans les écoles de la commune, sur le réseau de téléviseurs Ouest Publicité


CONTROLE SANITAIRE DE LA QUALITE DE L’EAU POTABLE DISTRIBUEE SUR LE MARONI

Structure : Direction de la Santé et du Développement Social
Contact : Damien LOUBIAT Cellule de vaille Sanitaire
Tel 0594 34 73 40 damien.loubiat@sante.gouv.fr
Thématiques: Contrôle sanitaire, Eau potable
Date mise en oeuvre: 2007.
Public concerné: Fleuve Maroni
Lieu d’intervention : Sites isolés, accès difficiles et onéreux.

Objectifs de l’action
S’assurer de la potabilité de l’eau distribuée et du bon fonctionnement des installations d’alimentation en eau.

Description de l’action
- Contrôler de la qualité de l’eau distribuée et destinée à la consommation humaine : prélèvements pour analyse à Pasteur Cayenne, mesures et observations de terrain.
- Contrôler l’état des installations d’alimentation en eau potable.
- Informer la population sur la qualité de l’eau distribuée.
- Conseiller la meilleure eau disponible pour la consommation.

Bilan
La qualité bactériologique de l’eau distribuée sur le fleuve est relativement bonne mais peut varier fortement selon les sites, le type de ressource utilisée et l’entretien et la maintenance des installations.

Perspectives
Un des objectifs 2008 :
Etudes des dépassements des paramètres de qualité pour l’eau distribuée sur les pompes à bras en sites isolés afin d’identifier d’autres dépassements de moindre importance (fer, manganèse, turbidité, aluminium…)




DEPISTAGE PRECOCE DE LA SURDITE

Structure: APADAG
Contact : Valérie ANTIONNOLLI
Tél : 0594 34 28 59 / Fax : 0594 34 23 85 sessad.saint-laurent@apadag.fr
Thématiques: Dépistage, surdité
Date mise en oeuvre :Juin 2007.
Public concerné: Enfants.
Lieu d’intervention: Ouest Guyanais

Contexte
La surdité de perception chez les jeunes enfants est une anomalie fréquente :
0,1 – 0,3% des naissances
2 – 4% chez les grands prématurés
- La surdité de perception a des conséquences sur le développement du langage et le comportement (isolement sensoriel).
- Clé du « traitement » : diagnostic avant 18 mois, l’âge moyen du diagnostic sur SLM est de 6 ans.
- 12 enfants dépistés et suivis par l’APADAG à Saint-Laurent.
- Estimation : environ 40 enfants sourds de 0 à 14 ans non dépistés dans l’Ouest.
- Existence de matériels pour le dépistage de la surdité (audiomètre et un appareil d’Oto Emission Acoustique) sur l’Ouest, mais peu utilisés. Lieux d’utilisation souvent non adaptés (bruit environnant).
- Médecins de ville souvent non équipés manquant souvent du temps nécessaires pour la réalisation des tests obligatoires du 8ième jour, 9ième mois et 24ième mois.
- Personnel insuffisant pour mener un dépistage néonatal au CHOG
- Pas de médecin ORL dans l’Ouest

Objectifs de l’action
- Dépistage précoce pour une prise en charge précoce.
- Mise en place d’un dépistage systématique au sein du CHOG effectué par l’équipe hospitalière.

Description de l’action
I. Recensement des actions du dépistage de la surdité chez les jeunes enfants sur l’Ouest Guyanais (fin2006/début2007).
II. Réunion d’information concernant le dépistage de la surdité avec le personnel de santé de Saint-Laurent
III. Mise en place d’une première journée de dépistage dans le service néonatalité et maternité de l’hôpital (intervenant extérieur).
IV. Mise en place d’une convention établie entre le CHOG et l’APADAG pour réalisation par l’association des dépistages au CHOG 2 fois par semaines en utilisant l’appareil OEA.
V. Mise en place d’un protocole d’appel en cas de doute de l’équipe médicale sur un enfant.

Bilan
- Dépistage uniquement en pédiatrie en raison :
de l’impossibilité d’effectuer les tests à J+3 en maternité
de l’impossibilité de connaître les nourrissons de grossesses à risque.
- Lien entre personnel pédiatrique et de l’association difficiles notamment sur le suivi auditif effectué.
- Réalisation des tests souvent difficiles (repas du nourrissons, pleurs, équipe médicale absente pour raison de service, matériel non rechargé…)
- Procédure définie initialement non réellement mise en œuvre.
- 79 bébés dépistés, 53 ont eu un test concluant dont 1 n’ayant pas d’Oto émission ; pour ce dernier impossible de contacter la famille pour renouveler le test.
- 1 seul appel du service pédiatrie pour des doutes sur enfant, 1 seul appel du service maternité pour un bébé à doute.
- Activité suspendue depuis mai 2008.
Perspectives - Nécessité de former le personnel du CHOG pour efficience du dépistage.
- Nécessité d’établir un protocole permettant à tous les bébés sortant de bénéficier d’un test auditif avec une visite chez un ORL si nécessaire.
- Créer un CAMPS surdité et troubles de langage qui pourra effectuer le dépistage.


EDUCATION NUTRITIONNELLE EN MILIEU SCOLAIRE

Structure: Lycée II SLM
Contact : Bénédicte DEGARDIN
Tel 0594 34 09 40 bdinfirmierelycee2@yahoo.fr
Thématiques : Alimentation, équilibre alimentaire, lycéens, prévention, semaine du goût.
Date mise en oeuvre :Année scolaire 2006.
Public concerné :Lycéens et enfants de l’école élémentaire.
Lieu d’intervention :Lycée II, école élémentaire quartier Sables Blancs.

Contexte Général
- taux d’obésité en augmentation en Guyane.
- changement de mode de vie et des habitudes alimentaires des différentes ethnies vivant sur la commune.
Spécifiques Lycée II :
- consommation excessive de produits manufacturés gras et sucrés pendant les pauses.
- absence de petit déjeuner entraînant de nombreux passages à l’infirmerie.
- Prise de repas à la « va vite » et souvent très mal équilibré pendant la pause de midi.

Objectifs de l’action
- Acquérir des connaissances sur l’équilibre alimentaire.
- Prendre conscience de la nécessité de la prise du petit déjeuner.
- Utiliser des ressources locales et disponibles pour composer de menus équilibrés.
- Connaître les risques d’une mauvaise alimentation.
- Améliorer les comportements alimentaires
- Faire participer les parents.

Description de l’action
L’action se décline en plusieurs manifestations qui se déroulent durant toute la semaine du goût au sein du Lycée :
- réalisation d’un questionnaire distribué à 5 classes de seconde et analysé par les élèves de terminale SMS,
- mise en place d’une exposition au CDI et d’ateliers thématiques (découverte du goût, équilibre alimentaire et digestion),
- intervention d’une diététicienne du CHOG auprès des élèves des sections « cuisine »,
- vente de petits déjeuners équilibrés (préparation élèves section cuisine, vente élèves section vente),
- animation d’un Quizz « équilibre alimentaire » par des élèves de terminale,
- accueil de parents des élèves de section « cuisine ».

L’action, inscrite au Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté du Lycée, a été pérennisée et les interventions ont été complétées sur l’année 2007 :
- réalisation d’une étude comparative sur les représentations alimentaires effectuée auprès des élèves interrogés en septembre 2006, par les terminales SMS et leur professeur, en septembre-octobre 2007.
- jeu de reconnaissance des épices.
- intervention sur l’équilibre alimentaire des élèves de seconde en école élémentaire (CM1) et animation d’un loto du goût.
- visite de la cuisine du lycée par des enfants de l’école primaire AMAPA (PS, MAS, GS) avec les élèves du lycée.
- réalisation d’un petit déjeuner à thème proposé sur le dernier trimestre de l’année.
- calcul des Indices de Masse Corporelle de tous les élèves de seconde générale et professionnelle.

Bilan Année 2006
- diminution significative du nombre de passages à l’infirmerie due à l’absence de prise de petit déjeuner sur le 1er trimestre, reprise sur les derniers trimestres.
- participation de toute l’équipe éducative aux manifestations et de 14 classes de l’établissement.
- faible participation des parents.
Année 2007.
- succès de l’intervention dans les écoles primaires et maternelles.
- participation de toute l’équipe éducative aux manifestations et de 16 classes de l’établissement.
- nombre de petits-déjeuners proposés à la vente à adapter (nombre, diversité).
- retard dans la mise en œuvre du projet lié au nombre restreint de participants au CESC et à des difficultés de communication.
- faible participation des parents
Etude comparative (2006-/2007)
- changement de comportement alimentaire pour certains lycéens
prise de petit déjeuner par un plus grand nombre de lycéens,
conscience du non équilibre de leur alimentation.
- augmentation des insuffisances et surcharges pondérales.

Impact de la semaine du goût sur le plan intellectuel mais long travail de prévention et de sensibilisation encore à effectuer.

Perspectives Préparation de la semaine du goût 2008 :
- réalisation d’une étude de marché par les élèves de la section « vente » pour l’adaptation des petits déjeuners aux besoins des lycéens.
- structure édition précédente conservée,
- visite de sites pour certaines sections (SOLAM, ferme de production laitière),
- réalisation et vente de repas basé sur les recettes familiales par les élèves sur toute l’année scolaire,
- sensibilisation ciblée à l'équilibre alimentaire des élèves présentant des IMC « hors normes ».



EMIPS, UN PROGRAMME TRANSFRONTALIER

Structure :Réseau Matoutou
Contact : Pascal SELE, Fallone ARNAUD
Tel 0594 27 94 18 / Fax 0594 34 17 94 p.sele@yahoo.fr
Thématiques :VIH, réduction des risques sexuels, coopération, santé communautaire, prévention
Date mise en oeuvre :2006
Public concerné: Population du Vallée du Maroni
Lieu d’intervention: Saint-Laurent, Paramaribo, Apatou, Dritabbetje, Grand Santi, Stoelmanseiland, Maripasoula

Contexte
Zone d’épidémie généralisée pour le VIH (1,2-2% prévalence du VIH chez les femmes enceintes)
- Environ 70 nouveaux cas de VIH dépistés par an à St-Laurent.
- Forte dispersion de la population, peu d’accès aux médias.
- Mouvement régulier entre Suriname – Guyane.
- Fort taux d’illettrisme, non francophone.

Objectifs de l’action
- Renforcer les capacités des acteurs de terrain
- Approfondir les connaissances sur le VIH/IST
- Améliorer l’accès aux moyens de prévention
- Promouvoir des comportements à moindre risque pour l’infection à VIH/IST
- Former des leaders communautaires à l’éducation à la sexualité pour accroître la capacité de la population à faire des choix favorables à la santé.

Description de l’action
Le programme est implémenté en trois phases
I. Formation des Formateurs sur les risques sexuels
II. Formation des relais communautaires bénévoles
III. Mis en œuvre des actions de prévention en proximité

Phase I. Formation des Formateurs :
10 personnes originaires de la vallée du Maroni ont reçu 104H de formation de Janvier à Juillet 2006. Les formateurs ont été accompagnés lors de leur première expérience de formation sur le terrain. Tous les 6 à 12 mois les formateurs sont regroupés pour approfondir leur formation et adresser les difficultés rencontrées sur le terrain.

Deux coordinateurs du programme ont été nommés en janvier 2007.

Phase II. Formation des relais communautaires
Le recrutement des participants est basé sur le bénévolat et est effectué par l’équipe de formation. La formation se déroule en 3 sessions de 4 ½ journées (2-3 semaines après le recrutement, puis 1 mois après et enfin 6 mois après). La formation vise à développer chez les relais communautaires :
Le savoir (VIH/SIDA, IST, biologie reproductive, contraception, notions de la sexualité…)
Le savoir – être (Écoute active, empathie, congruence, regard positif inconditionnel, Empowerment, Reconnaître ses propres limites)
 Savoir – faire (techniques d’animation de groupe, maîtrise d’utilisation des préservatifs…)
Les coordinateurs réalisent des visites de suivi des relais tous les deux mois.

Phase III. Actions de proximité réalisées par les relais
A ce jour, les relais formés ont initié des discussions avec l’entourage, créé des points de vente de préservatifs (« banque de préservatif »), réalisé des séances d’information lors des manifestations, incité des groupes de discussion réguliers sur la sexualité, orienté les personnes vers les centres de santé/Polikliniek, fait remonter les demandes de la communauté aux instances.

Bilan
- Formation de 72 relais communautaires sur 36 villages entre Saint-Laurent et Maripasoula (5 sites de formation.) (depuis mars 2007),
- Bilan des participants très positif de la formation (appris beaucoup, apprécié la formation en langue…)
- Actions découlant de la formation modestes mais intéressantes.

Plusieurs difficultés rencontrées sur l’ensemble des sites :
Difficulté pour respecter le calendrier de suivis pour les relais (tous les 2 mois)
Peu de documentation pour les actions mises en place par les relais
Réticence des hommes à s’inscrire au programme
Adaptation des matériels utilisés aux participants (analphabètes, non francophone,…)
Perspectives  Renforcer et officialiser des partenariats avec les structures référent du Suriname (Conventions)
Évaluer le programme.
Évaluer la possibilité d’adapter le programme au territoire amérindien
Élargir le programme à d’autres problèmes de santé de la région
Anticiper la pérennisation du programme par la création des postes de relais de santé sur les différents secteurs
D’autres formations sont prévues sur 2008 sur les sites de : Maripasoula, Papaïchton, Grand Santi, RN1, Charvein



HALTE AUX SACS JETABLES

Structure :La Terre en Héritage
Contact : Karine SOLVES
Tel 0694 21 55 45 laterreenheritage@live.fr
Thématiques :Environnement, développement durable, déchets
Date mise en oeuvre: Courant 2008.
Public concerné: Tout public.
Lieu d’intervention: Ouest guyanais.
Contexte : - La loi du 6 janvier 2006 applicable au 1er janvier 2010

Objectifs de l’action
- Mettre un frein à la pollution du sol, de l’air et de l’eau,
- Responsabiliser la population aux problèmes environnementaux et les rendre acteurs de leur avenir,
- Stopper la distribution de sac jetable en vue de la loi du 6 janvier 2006 applicable au 1er janvier 2010.

Description de l’action
La ville de Saint-Laurent, la CCOG, l’association des chinois de Saint-Laurent et l’association la terre en héritage mèneront une campagne de sensibilisation pour l’arrêt de la distribution des sacs jetable avec :
- la distribution d’un sac en tissu à chaque foyer présent sur les huit communes de l’Ouest Guyanais,
- la vente des sacs en tissus par les commerçants des communes de l’Ouest.
Perspectives L’action est en cours de réalisation.


HYGIENE BUCCO DENTAIRE

Structure :PMI
Contact : Ghislaine GAUTHIER
Tél : 0594 34 11 47 / Fax : 0594 34 11 34
Thématiques: Dentition, carries.
Date mise en oeuvre: Rentrée 2000/2001.
Public concerné: Enfant 0-6 ans, les parents.
Lieu d’intervention: Etablissements scolaires : classes Petites et Moyennes Sections.

Objectifs de l’action
- Parvenir à une meilleure hygiène bucco-dentaire des enfants.
- Prévenir la formation des carries.
- Souligner l’importance de la mastication

Description de l’action
- Intervention d’une trentaine de minutes,
- Formation de groupes d’enfants (4*6) pour chaque classe.
- Séance théorique et pratique présentée de façon ludique (mise en situation, brossage de dents)
- Synthèse de la séance avec la classe et si possible avec les parents.

Bilan Année 2007/2008
Perspectives Sensibilisation des parents, des intervenants sociaux et des éducateurs.


INTERVENTION EN ALCOOLOGIE EN COLLEGE

Structure: ABEOG (Association Bon Espoir de l’Ouest Guyanais)
CCAA (Centre de Consultation Ambulatoire en Alcoologie)
Contact : Pascal ATTICOT
Tel/Fax 0594 34 19 01 Bonespoir.og@laposte.net
Thématiques: Alcool, addiction, polyconsommation, adolescents, collège, prévention.
Date mise en oeuvre: Année scolaire 2007.
Public concerné :Collégiens 13-17 ans.
Lieu d’intervention :Collège de Javouhey, Collège IV, Saint-Laurent du Maroni.

Contexte
Enquête ORSG (2001-2005) :
- 52% des jeunes scolarisés consomment occasionnellement de l’alcool.
- 60% des jeunes en insertion boivent occasionnellement de l’alcool.
- 11% de jeunes scolarisés boivent régulièrement.
- 20% de jeunes en insertion consomment régulièrement de l’alcool
- Les garçons consomment plus régulièrement de l’alcool que les filles.
- 7% des garçons ont eu une ivresse régulière durant les 12 derniers mois, contre 3% des filles.
- les boissons les plus consommées sont par ordre de préférence : bière, vin, alcool fort.
- les jeunes scolarisés s’alcoolisent aussi bien en famille qu’entre amis.
Proportion de jeunes buvant régulièrement plus importante en Guyane qu’en France métropolitaine.
Demande d’intervention formulée par infirmières scolaires et enseignants.

Objectifs de l’action
- Informer les jeunes sur les dangers de l’alcool.
- Créer des espaces de dialogue.
- Permettre aux jeunes de devenir acteurs de prévention.

Description de l’action
Action initialement prévue en 3 séances de 2 heures :
- séance1 : approche des problèmes liés à l’alcool par un travail sur les représentations et apport de connaissances ; travail en ateliers par petits groupes au moyen de questionnaires, de tests et d’évaluations.
- séance 2 et séance 3 : conception et réalisation d’un outil de communication à présenter lors d’une manifestation prévention dans le collège.
Evaluation de l’action par les enfants à l’issue de chaque intervention.
Indicateurs utilisés : nb de jeunes contactés, nb de jeunes orientés auprès des structures compétentes, nb de jeunes présentés à l’infirmière scolaire à la suite de l’intervention, nb de thèmes abordés.

[uBilan]u
Points positifs :
- intérêt des adolescents ;
- intervention sollicitée par les infirmières scolaires et certains enseignants ;
- apport de connaissances (biologique et pratique).

Points négatifs :
- difficulté à adapter l’intervention au niveau des enfants ;
- interruption de l’intervention au bout de la 2ème séance (décrochage des enfants, emprise sur le programme scolaire)
- moyens humains et matériels insuffisants.

Perspectives Evolution de l’intervention :
- Intervention réduite à 1 séance d’1h30 pour une classe de 25 élèves ;
- Attitude d’intervention conservée ;
- évaluation avant et après l’intervention.
Outils utilisés :
- questionnaires de connaissances et d’évaluation
- le support vidéo
- le débat
Reprise des interventions rentrée scolaire 2008.



LUTTE ANTI-VECTORIELLE

Structure: Service Départemental de Désinfection, Conseil Général
Contact : Jean-Michel HO A SIM,
Antenne de St Laurent du Maroni
4, rue Danton - 97320 St Laurent du Maroni
Tél / fax : 05 94 34 10 93 (SLM) / 05 94 29 59 30 (CAY)
Thématiques: Lutte anti-vectorielle, Démoustication, Paludisme, dengue, prévention
Date mise en oeuvre: Permanent
Public concerné: Population Générale.
Lieu d’intervention: Saint-Laurent du Maroni, bas Maroni de Saint-Jean à Apatou, RN1/Saut Sabbat, Rte Chutes Voltaires

Contexte
Zones non urbanisée en périphérie des agglomérations
Lieux de résidence ou de transit de population en provenance des zones de transmission palustre (Maroni, Oyapock, Arrière Pays)
Mobilité importante de la population
Contexte de clandestinité fréquent
Habitats précaires côtoyant des quartiers résidentiels modernes
Proximité de zones marécageuses (gîtes larvaires d’anophèles)
Présence de Anopheles darlingi retrouvées dans tous les foyers

Objectifs de l’action
Identifier et éliminer les gîtes larvaires domestiques ou situés sur la voie publique de Aedes Aegypti (principal vecteur de la dengue) et de Anopheles darlingi (principal vecteur de paludisme)
Contrôler des moustiques de nuisance
Sensibiliser la population sur la nécessité et les moyens de contrôler les gîtes larvaires
Traiter chimiquement les gîtes larvaires qui ne peuvent pas être éradiqués mécaniquement
Sensibiliser les autres entités chargées des contrôles de gîtes larvaires situés sur les voies publiques (mairie pour le curage des canaux d'évacuation des eaux).

Description de l’action
Actions de lutte contre le moustique vecteur de la dengue, et des moustiques de nuisances :
La lutte antilarvaire (Visites domiciliaires) avec le contrôle et /ou la suppression par une élimination mécanique ou chimique des gîtes larvaires se trouvant dans des réserves d’eau volontaires (fûts, piscines délaissées, abreuvoirs pour animaux), dans des plantes/végétation (pots, vases, creux d’arbres et de plantes), architectures (gouttières, évacuation d’eau), déchets.
Lutte Anti-Vectorielle par une prévention individuelle (moustiquaires imprégnée d’insecticide, port de vêtements clairs et couvrants, répulsifs cutanés), par les pulvérisations murales, par l’épandage spatial d’insecticide en période épidémique (appareil ULV tracté ou portatif)

Bilan
756 visites réalisées de janvier à avril 2008
Résultats très partiels du contrôle des moustiques nuisants

Perspectives Nécessité d’associer tous les domaines de compétence nécessaires à la lutte anti-vectorielle :
Les particuliers
Les promoteurs immobiliers
Les autres collectivités territoriales
Les services de l’Etat
Les pays voisins


b[u[MANIFESTATION PREVENTION@u@b

Structure: Conseil Régional des Jeunes Lycéens (CRJL)
Contact : Fiona Tjon-Sien-Kie, Sidgie Mathurin, Anne-Marie Cathelin
Tél : 0594 27 12 94
anne-marie.cathelin@cr-guyane.fr
niny_tsk_bc@hotmail.com
Thématiques: MST, Violence, alcool
Date mise en oeuvre: 31 mai 2008
Public concerné :Jeunes, tout public
Lieu d’intervention :Stade B, Saint-Laurent du Maroni.

u[Objectifs de l’action]
Développer un thème choisi par le CRJL dans l’Ouest.
Mobiliser le public autour d’une action initiée par le CRJL
Concevoir et mener un projet. (mobilisation d’acteurs, communication, organisation…).

Description de l’action
Manifestation sur une journée autour de différents thèmes de prévention :
- concours d’expression (Slam, chant, danse, théâtre…) ayant pour sujet les thèmes de prévention définis;
- mini tournoi de basket ;
- stands associatifs ;
- mise en place d’un Bar Sans Alcool.
Attentes - Mobilisation des jeunes et du reste de la population,
- Bon déroulement de la journée,
- Bonne participation des associations,
- Nombreuses participations au concours d’expression sous différentes formes et sur différents sujets.
Perspectives - Développement et diffusion des supports présentés pendant la journée.
- Pérennisation de l’action par le CRJL les prochaines années.


PREVENTION ET LUTTE CONTRE LA DENGUE A L’ECOLE

Structure : Régie de Quartier de Saint-Laurent du Maroni
Contact : Rita SANTE, CETOUT Emma, DEL Pichine, DONGA Ramon
Thématiques: Lutte contre les maladies vectorielles, dengue, écoles primaires.
Date mise en oeuvre: Mai 2008.
Public concerné: 2 classes de CM2
Lieu d’intervention: Ecole de la Charbonnière SLM

Contexte
- Intervention des médiateurs de la Régie des Quartiers sur le secteur de la Charbonnière auprès des habitants (lutte contre les maladies vectorielles, respect de l’environnement et résorption des dépôts d’ordures sauvages, entretien espaces verts…),
- Formation DSDS sur la dengue.

Objectifs de l’action
- mener une action de prévention sur une thématique abordée dans le quartier sur la population générale auprès des enfants,
- mettre en place une action avec le public scolaire,
- travailler en partenariat avec les différents services impliqués,
- identifier les médiateurs de la régie de quartier et le travail mené sur le quartier.

Description de l’action. - Action menée en partenariat avec l’équipe santé environnement de la DSDS antenne SLM.
- Rencontre préalable avec le directeur de l’école et les instituteurs des classes concernées pour la préparation de l’animation.
- Action menée en 2 temps :
o partie théorique basée sur la diffusion du DVD réalisé par la DSDS et le CG : questions/réponses, test des connaissances…
o partie pratique basée sur la recherche de gîtes larvaires (introduction dans la cour de récréation d’éléments source de gîtes larvaires) ; animation ludique basée sur le jeu.
- Outils utilisées :
o DVD ?
o Livret « Jeux de Dengue » DSDS
o Affiches DSDS
o Autocollants et bracelets Dengue DSDS.

Bilan
- Adhésion des enfants, participation.
- Travail en partenariat favorisé par l’activation du réseau ASV
Perspectives. - Renouvellement de l’action pour la rentrée 2008/2009 sur des classes de CM2 sur les autres quartiers d’intervention de la Régie de la commune (Les Ecoles, Sables Blancs).



RESEAU SANTE ENVIRONNEMENT

Structure; MAMA BOBI
Contact : Gérard GUILLEMOT
Tel 0594 34 49 59 mamabobi@wanadoo.fr

Thématiques: Quartiers, médiation, prévention
Date mise en oeuvre: Janvier à juin 2008.
Public concerné :Tout public
Lieu d’intervention: BAKA LYCEE (Cité Marie-Flore, Kamalakuli, Diakata, …), VAMPIRES (Pamantié, Cité awala, Chicago, Malgaches, …), ROUTE DE MANA (Crique Margot, Gotali, Charvein, …), AMONT (Portal, Bastien / Sparwin,…).

Contexte
Enquêtes menées dans les quartiers auprès des différentes communautés, basées sur le questionnaire ASV 2006, montrent un réel souci pour les habitants de se voir :
- bien informé et bien orienté,
- bien accepté dans les compréhensions et les différences de la perception du corps et de la maladie.

Objectifs de l’action.
- Améliorer le cadre de vie des quartiers,
- Améliorer la communication et le développement de la médiation sociale,
- Encourager et développer l’implication des habitants,
- Élaborer un outil de développement local.

Description de l’action
Méthode utilisée pour la réalisation du diagnostic et l’information collective :
- association de la population, les Autorités Coutumières, les leaders d’opinions aux divers diagnostics : social, sanitaire, environnemental.
- utilisation systématique des langues locales,
- interventions sous formes de saynètes.
Méthode utilisée pour la mise en place de réseaux info-line :
- création de relais en relations privilégiées avec les habitants, les médiateurs, et les professionnels de Santé et de l’Environnement,
- formation des relais (élèves stagiaires en formation CAP Agent de Prévention et de Médiation)
- intervention des médiateurs interculturels, ressources des relais formés.

Bilan
- plus de 400 h de formation et d’action sur le terrain confortent le constat d’une interactivité en construction auprès de nos populations dans la participation aux diagnostics, dans les domaines sanitaire et environnemental.
- plus d’un millier de documents traités dans les langues locales et avec les Autorités Coutumières et Tradipraticiens attestent de la forte réalité de comportements relevant de la Santé Communautaire.
- de nombreuses expériences, dans l’utilisation de cet outil de développement local visant une intégration pluraliste de nos populations par le dialogue interculturel et la coopération régionale autorisent une réelle participation citoyenne.
- la mise en place du réseau Santé / Environnement dans le bas-Maroni constitue pour les années à venir l’exemple d’un outil de cohésion sociale, qui ici par les choix d’un développement local homogène et intégré participe aussi de l’égalité des chances.
Perspectives Développement des interventions (théâtre forum, débats) sur 3 thématiques : eau, déchets, accès aux soins, sur différents sites urbains et péri-urbains identifiés au cours des actions menées précédemment. 150 interventions de 2x3 heures prévues par sites.




SANTE MENTALE

Structure: Centre Médico Psychologique (CMP) / Centre hospitalier de l’Ouest Guyanais (CHOG)
Contact : Cyril LABOUS
Tél : 0594 34 74 40 / Fax : 0594 34 74 41 Labous.cyril@hotmail.com
Thématiques: Santé mentale, milieu scolaire, tentative de suicide, état de crise, prévention.
Date mise en oeuvre: Année scolaire 2007.
Public concerné: Lycéens.
Lieu d’intervention: Lycée II, Saint-Laurent du Maroni.

Contexte
- 50 Tentatives de Suicide/an (moyenne 2002-2003-2004 : enquête CMP/Urgences de Saint-Laurent du Maroni)
- 81 Tentatives de Suicide (TS) ont été recensées chez les moins de 25 ans sur ces 3 années.
- Les moins de 25 ans représentent 57% des TS recensées.
Objectifs de l’action. - Intervenir en Lycée,
- Elargir la notion de suicide à la notion de santé mentale tout en l’évoquant,
- Offrir un cadre suffisamment souple pour accepter les représentations et les interprétations culturelles de la souffrance morale,
- Donner des éléments au jeune lui permettant de se dire « je ne vais pas bien et j’ai besoin d’aide »,
- Permettre au jeune d’identifier les personnes ressources,
- Situer l’infirmière scolaire et l’assistante scolaire comme personnes de confiance et d’écoute,
- Démystifier et préciser le rôle d’un psy,
- Permettre à l’intervenant d’appréhender les représentations mentales et culturelles des jeunes sur la santé mentale.

Description de l’action
Déroulement de l’action :
- une intervention de 2 heures par classe, le matin :
o Par binômes : psychologue-infirmier ; psychologue-éducateur.
o En présence de l’infirmière scolaire ou de l’assistante sociale scolaire
- une permanence dans l’établissement l’après-midi pour recevoir individuellement et discrètement le jeune en demande d’informations.
Déroulement de la séance :
- Brainstorming : « folie », « bien-être », « mal-être » (ajustement réciproque du vocabulaire)
- Saynètes ou jeux de rôle pour provoquer le débat autour des idées suicidaires, de l’homosexualité, du secret douloureux, la folie et les mauvais sorts.
- Evaluation anonyme par les élèves :
o Réponses à leurs questions, lacunes ?
o Retentissement affectif de la séance (malaise, angoisse, honte…)
Bilan Plusieurs élèves se sont présentés à la permanence assurée l’après-midi dans l’établissement. La majorité était des élèves connus du CMP en décrochage.

Perspectives Pérennisation de l’action dans les différents établissements scolaires en partenariat avec les assistantes sociales et les infirmières scolaires.
Intervention prévue la semaine du 26 mai 2008 au lycée II
Intervention prévue au lycée I.


SURVEILLANCE EPIDEMIOLOGIQUE

Structure :Direction de la Santé et du Développement Social
Contact : Damien LOUBIAT Cellule de vaille Sanitaire
Tel 0594 34 73 40 damien.loubiat@sante.gouv.fr
Thématiques: Surveillance épidémiologique, Système d’Informations Géographiques (SIG) et contrôle sanitaire
Date mise en oeuvre: 2007.
Public concerné: Population générale
Lieu d’intervention :Ouest Guyanais

Contexte
- très forte couverture forestière du territoire avec un accès difficile et des zones parfois mal connues.
- recueil de données épidémiologique difficile en territoire isolé ainsi qu’en zones urbaines

Objectifs de l’action
- Favoriser une synergie entre les acteurs concernés afin de mettre en place une prévention des risques efficace,
- Développer des outils de Système d’Informations Géographiques dans le domaine de l’épidémiologie,
- Relever des tendances, les dépendances et les corrélations,
- Faciliter l’analyse épidémiologique,
- Fournir des données fiables aux décisionnaires.



WEEK END D’ACTION THERAPEUTIQUE

Structure :AIDES
Contact : Claire Girou
Tel 0594 27 94 25 stlaurentdumaroni@aides.org www.aides.org

Thématiques: VIH, prévention tertiaire, santé communautaire
Date mise en oeuvre :Depuis 2005.
Public concerné: Personnes vivant avec le VIH et leur entourage.
Lieu d’intervention :Ouest guyanais.

Contexte
Département français le plus touché par le VIH. Maladie affectant hommes et femmes de tous âges, contaminés majoritairement par rapports hétérosexuels. Précarité importante des personnes séropositives.
Parmi les personnes séropositives pour le VIH et/ou les hépatites accueillies à AIDES Saint-Laurent :
- 50% vivent à la rue ou en squat,
- 56,7 % n’ont aucun revenu, les autres perçoivent l’AAH (11 %),
- 13,5 % des personnes ont un travail,
- 50% sont des femmes,
- 12,5 % sont consommateurs de produits psychoactifs,
- 75% ne parlent pas français,
- 95% des personnes sont étrangères dont la moitié est en attente de régularisation.

Objectifs de l’action
- Objectif général : Améliorer la qualité de la vie des personnes touchées par les virus VIH et les hépatites en Guyane.
- Objectifs spécifiques :
• permettre aux personnes de se reposer à l’abri de leurs contraintes quotidiennes habituelles.
• permettre des échanges dans un temps et un lieu privilégié.
• aider les personnes à prendre conscience de leur rôle d’acteur de leur santé.
• aborder des aspects techniques tels que les traitements, les effets secondaires, les pratiques de Réduction Des Risques.

Description de l’action
- Le Week-end d’Action Thérapeutique se déroule du vendredi au dimanche dans un lieu convivial de détente. Le WAT regroupe une quinzaine de personnes vivant avec le VIH souhaitant partager leurs expériences. Des ateliers à thèmes sont organisés afin de favoriser ces échanges, mais ne sont pas limités à la maladie. Des personnes référents sont invitées à participer (diététicienne, médecin, association partenaire…)
- Ces week-ends se déroulent environ une fois par semestre.
- Par la suite l’association essaie de maintenir des liens crées pendant ce moment privilégié en organisant des repas à thèmes (groupe de parole homme, femme, logement…).

Bilan
- Il est possible de réunir des personnes séropositives sur un même lieu.
- Une communauté se crée à AIDES Guyane de toute culture confondue avec un nombre croissant de personnes participantes.
- A l’issue du week-end les personnes ont souhaité se rencontrer plus souvent sous la forme de réunions thématiques et conviviales. Ces rencontres permettent de rompre leur isolement et de parler de leur maladie. Certains d’entre eux veulent se «mobiliser» et se «visibiliser».
- Les différences socio-culturelles ne sont pas des obstacles à la compréhension de la maladie.
- Un savoir sur le VIH et ce qui l’entoure est partagé et assimilé. Informées, les personnes sont plus à même d’établir un dialogue avec les acteurs de santé, de comprendre l’importance de l’observance, d’améliorer leur qualité de vie.

Perspectives - Organisation du prochain WAT en septembre 2008
- Faire participer des personnes aux Universités des Personnes en Traitement en novembre 2008, à Rennes
- Développer des Université de Personnes en Traitement en Guyane.



PREVENTION DES CONDUITES ADDICTIVES ET A RISQUES

Structure: IN’PACT
Contact : Sandrine LOUISET
Tel 0594 34 10 04 / Fax 0594 34 72 80 ass.inpact@wanadoo.fr
Thématiques :Toxicomanie, conduites addictives, milieu scolaire, prévention
Date mise en oeuvre :Année scolaire 2007.
Public concerné :collégiens, lycéens, tout public présent sur les Forums, les manifestations culturelles ou sportives… ; public non consommateur.
Lieu d’intervention :Saint-Laurent du Maroni (ensemble des établissements scolaires de Saint Laurent du Maroni et des communes environnantes).

Objectifs de l’action
Limiter l’usage des substances toxiques (alcool, tabac, drogues) et les comportements dangereux pour la santé psychique et physique par l’information.
Promouvoir des comportements favorables à la santé physique et psychique par une stratégie de communication qui prend en compte la dimension de la séduction et de l’ambivalence de la prise de risque.
Informer le plus grand nombre de personnes sur les dangers des produits psychotropes et des conduites addictives.

Description de l’action Ensemble de la démarche fondé sur 3 principes :
- Le partenariat
- La concertation
- La participation
Action basée sur :
- des interventions ponctuelles planifiées en fonction du calendrier scolaire,
- des permanences dans les établissements scolaires situés en zone d’éducation prioritaire,
- des maraudes dans les quartiers dits « sensibles. ».
Adaptation des intervenants au contexte local (hétérogénéité des représentations et des croyances, des attitudes et des compétences).
Utilisation de supports interactifs variables en fonction de la classe d’âge.:
- Les jeux interactifs créés par l’association (STOP DOP et DOP CIRCUIT )
- Jeux « projectifs »
- Supports audiovisuels
- Livrets d’information «Drogues et dépendances»
- Affiches
- Prospectus
Evaluation de la séance d’information par :
- une fiche d’évaluation permettant d’appréhender la compréhension du public informé,
- le retour de l’information,
- le document proposé lors de la restitution des informations par les élèves (exposé, conférence débat) dans leur environnement proche
Evaluation de l’action par :
- le nombre d’élèves rencontrés au cours de l’année scolaire
- l’évolution des comportements en matière de consommation

Bilan
- 8000 documents distribués,
- 8 établissements scolaires visités (primaires, collèges, lycées),
- 2574 élèves rencontrés en milieu scolaire,
- 971 personnes rencontrées en milieu festif,
- 3545 personnes sensibilisées aux journées d'informations,
- 5 passages radio,
- 2 articles sur sites Internet,
- 2 articles sur journaux établissements scolaires.
Perspectives Intervention sur les quartiers (activités périscolaires) en lien avec les médiateurs de la Régie de quartiers et/ou les associations intervenant dans les quartiers. Mise en place de maraudes dans les quartiers.



CONCLUSION

Cette 1ère édition du « Forum des Actions de Préventions de l’Ouest » menée par l’Atelier Santé Ville du Centre Communal d’Action Sociales de Saint-Laurent du Maroni et la coordination des actions de prévention de l’Ouest a atteint ses objectifs :

• faire connaître et valoriser le travail réalisé sur l’Ouest dans le champ de la prévention,
• créer un lieu d’échange autour des actions de préventions menées dans la région,
• créer un référentiel d’actions,
• favoriser le travail en réseau,
• proposer des ateliers méthodologiques à destination des porteurs.

La forte implication des différents participants et la dynamique créée à l’issue de ces 2 journées, encourage la programmation d’une 2ème édition sur l’année 2009. Une préparation en amont permettra de prendre en compte les remarques et suggestions formulées, mobiliser d’autres partenaires, solliciter des intervenants extérieurs, impliquer les différentes institutions et élus du département.


Atelier Santé Ville de Saint-Laurent du Maroni
Centre Communal d’Action Sociale
67 bd Général de Gaulle BP97 – 97393 Saint-Laurent du Maroni cedex.
Tel : 0594 34 11 60 – Télécopie : 0594 34 27 75
Email : ccas973asv@wanadoo.fr


Coordination des actions de prévention de l’Ouest
Centre Hospitalier de l’Ouest Guyanais
Bd Général de Gaulle – 97320 Saint-Laurent du Maroni.
Tel : 0594 34 88 88 –
Email : s.mason@ch-ouestguyane.fr

Rédigé le Jeudi 21 Août 2008 - Service de la Communication

La mairie | Vie pratique | Culture/Patrimoine | Sport et Loisirs | Aménagement du territoire | Economie et solidarité | Vie citoyenne | Vie associative | Tourisme | Communiqués | En guyane et ailleurs | Les archives | La Ville au rythme des vacances