A L'AFFICHE AU TOUCAN

LES NOUVELLES AVENTURES DE PAT ET MAT

Mercredi 23 Août à 11h00 : Cinévacances, projections gratuites Réalisation Marek Benes République Tchèque -Animation-2016-40mn-à partir de 3 ans Les deux inséparables bricoleurs ont encore des idées à la pelle pour améliorer leur quotidien. Un...






Les archives

Aéroport : "SEPELU" (CECEROU)

Yesakal+kon, Blada, Baala, Sisa, Sista, Pam+, Citoyens, Associations, Guyanais, Amis et alliés...


Le principe du changement de nom de l'aéroport est acté depuis fort longtemps. Et cela, à l’initiative de Christiane Taubira, mais cela ne lui appartient plus. Le débat est dans la rue, il appartient désormais à ceux qui veulent bien se l’approprier. Et c’est notre cas à Krakémantò.

En 1999 pour le 50aire de la ville de Saint-Laurent du Maroni, nous étions dans la même démarche, voir

Nous demandions que Saint-Laurent du Maroni retrouve son nom originel kali'na : KAMALAKULi.
Il s'agissait lors de ce 50aire d'inscrire, pour nos enfants, Saint-Laurent dans TOUTES ses dimensions historiques.
Aujourd'hui, Saint-Laurent s'appelle toujours Saint-Laurent, mais un bureau de poste de la commune porte désormais le nom de Kamalakuli connu par tous maintenant comme le premier nom de Saint-Laurent du Maroni.

Fidèle à sa démarche, Krakémantò s'invite dans ce nouveau débat.

En 2003, la députée de la première circonscription en accord avec le Recteur, lance un concours "PAGRA" à destination des scolaires (école primaires, collèges et lycées) afin de proposer un nom pour cet aéroport.

Une proposition est retenue : il s’agit d’appeler l’aéroport du nom de CÉPÉROU, SEPELU en kali'na !


Mais de qui s’agit-il ?
Yopoto SEPELU fut un chef amérindien résistant et à ce titre doit être qualifié de yopoto en langue kali'na. En effet les Kali'na (dénommés Galibi à l'époque) virent débarquer les colons français de leurs navires, puisque c’était leur territoire, bien avant 1643. Dès lors, de nombreux heurts opposèrent français et Kali'na. Le nom de CÉPÉROU est resté dans les différents documents historiques pour désigner la colline sur laquelle fut édifiée un fort.

La légende voudrait que Cayenne fût son fils ou qu'il fût son contemporain et que la montagne qui porte son nom fût une de ses implantations.

Cette proposition est le fait de jeunes collégiennes de l’époque (2003) qui avaient remarqué, fort à propos, qu'aucun aéroport d’Amérique du Sud ne portait un nom Amérindien. Voilà ce qu’en a pensé la jeunesse de ce pays !!!

En finalité, il faut simplement y voir le regard lucide de nos jeunes afin de réhabiliter TOUTE l’Histoire de ce pays et de mettre en valeur la participation des peuples amérindiens sur ce territoire qu’est la Guyane.

Il est incontestable :
- qu’ils étaient déjà là quand Christophe Colomb a « découvert » l’Amérique ! ;
- qu’ils ont marqué le territoire en lui donnant des noms de lieux : Cayenne, Montabo, Organabo, Iracoubo (et tant d’autres) sur le littoral mais aussi dans l’intérieur du pays ;
- qu’ils ont marqué le pays, les Busikondesama et les Créoles ont adopté la culture du manioc et bien d'autres choses ;
- que les lexiques Créole et Busikondesama contiennent de nombreux emprunts aux langues amérindiennes ;
- Et quoiqu’en pensent certains, des liens très forts unissent ces trois composantes (ABC) qui se trouvent être le socle de la Guyanité.

Voilà donc la double leçon que nous donne la jeunesse !

Ce qui en clair signifie que nous refusons la proposition de 2009 du choix de "Félix Eboué" et nous engageons derrière la proposition de 2003 des jeunes collégiennes ! Petit plus : il s'agirait de respecter l'orthographe kali'na et d'écrire : SEPELU

À l’instar de la mère de Félix Eboué - tout comme l’a remarqué Ulrich Sophie - qui avait un grand intérêt pour la sagesse populaire, nous utiliserons un dolo kréyol : Gran kouté piti, Piti kouté gran. ( = Si les adultes sont prêts à écouter les jeunes, leurs désirs, leurs aspirations, leurs espoirs, leurs rêves, alors ces jeunes auront à coeur d'écouter les anciens qui leur tracent le layon)

Et pour conclure, Félix Eboué lui-même a diffusé un message ô combien important à la jeunesse à travers son discours prononcé le 1er juillet 1937 devant des lycéens guadeloupéens : « Jouer le jeu ».

Oui, il s’agit pour nous de « jouer le jeu » en respectant notre jeunesse, en lui donnant la parole, en la valorisant, en l’encourageant, qu’elle ait confiance en elle parce que :

« Jouer le jeu » pour nous, adultes d’aujourd’hui, c'est former les jeunes pour en faire les adultes de demain.
« Jouer le jeu » pour nous, adultes d’aujourd’hui c'est jeter les bases d’un mieux vivre en Guyane, sur ce bout de terre où tant de cultures se croisent et s’entrecroisent ;
« jouer le jeu » pour nous, adultes d’aujourd’hui c'est décider mais aussi penser à demain, à ce que nous laisserons aux générations futures.
Yesakal+kon, Blada, Baala, Sisa, Sista, Pam+, Citoyens, Associations, Guyanais, Amis et alliés
emparez-vous de ce débat avec nous !

Chronologie :
- 1999 : Christiane Taubira dans un courrier demande au Ministre de l’Equipement et des Transports le changement de nom de l’aéroport international de la Guyane

- 2002 : deuxième courrier, question écrite au Ministre de l’Equipement et des Transports et au Ministre de la Culture et de la Communication

- 2003 : en accord avec le Recteur de l’époque, le concours "PAGRA, Pétrir l'Avenir, Grandir, Réfléchir, Agir, un nouveau nom pour l'aéroport international de Guyane" est lancé dans les établissements

- 2003 : une polémique voit le jour contre le changement de nom, il faut différencier le Rochambeau esclavagiste du Rochambeau épris de liberté qui a aidé les Américains à conquérir leur liberté
Le changement de nom serait quasiment impossible et serait un gouffre financier selon cette même polémique.

- 2009 décembre : la CCIG vote enfin pour le changement de nom de l'aéroport de "Rochambeau" en "Félix Éboué"

- 2010, 23 janvier : Krakémantò lance la campagne citoyenne :
Ayéropòr : « SEPELU » !
Afin de rebaptiser l'aéroport du nom choisit par les jeunes collégiennes en 2003 : CÉPÉROU - yopoto SEPELU


===
--
KRAKÉMANTÒ
traditions orales de Guyane
8 bis lari marso
97320 Kamalakuli (Senloran Maroni) - LAGWiYANN
tél. : +594 (0)594 342 810
cel. : +594 (0)694 413 689

pagratwèl : http://www.krakemanto.gf
ou http://pagesperso-orange.fr/krakemanto/

Y'A BON :
http://www.krakemanto.gf/yabon.html

Bibliographie sur les langues guyanaises à l'école :
http://www.krakemanto.gf/livlannglagwiyann.html

le blog des coups de livres en Guyane
http://kisatoli.blogspot.com/

le Mois de la Mémwar
http://www.krakemanto.gf/moisdelamemwar.html

Rédigé le Lundi 1 Février 2010 - Service de la Communication

La mairie | Vie pratique | Culture/Patrimoine | Sport et Loisirs | Aménagement du territoire | Economie et solidarité | Vie citoyenne | Vie associative | Tourisme | Communiqués | En guyane et ailleurs | Les archives | La Ville au rythme des vacances