Vie associative

Adhérer à l'Observatoire National des Cultures Urbaines


Pourquoi créer un Observatoire National des Cultures Urbaines?

Il s’agit d’un organisme national indépendant de loi 1901 qui a sera créé pour accompagner la reconnaissance institutionnelle des pratiques constituant les Cultures Urbaines, ainsi que leurs valorisation et la professionnalisation des différentes filières constituantes du mouvement culturel existant en France depuis les années 1980. Mais aussi continuer à la réflexion sur le développement et l’aménagement des cultures urbaines sur le territoire, en continuant à mobiliser les acteurs de terrain qui animent les cultures urbaines, de formaliser les pratiques artistiques à travers des missions de formation, d’études, de conseil et d’information.


L'équipe constituant le comité de préfiguration est en cours de nomination, il regroupe des acteurs, organisateurs, danseurs, gaffeurs, rappeurs... mais aussi des écrivains, des chercheurs... et toutes personnes pouvant apporter son savoir, son expertise.

En règle général, nous faisons appel aux anciens, c'est-à-dire ceux qui ont construit les Cultures Urbaines en France, porteur d’une richesse artistique considérable et d’un capital inestimable. La transmission du savoir et des connaissances constituent à eux seuls, le fondement de l’existence de l’ONCU et d’apporter un cadre légitime à une organisation reconnue par le Ministère de la Culture qui pourra travailler avec les collectivités territoriales pour valoriser les pratiques artistiques qui seront désormais encadrées.

L’ONCU va travailler avec l’ensemble des acteurs du monde culturel, du monde politique, au plus prés des collectivités territoriales, sans oublier les professionnels de l’art et de la culture, du monde universitaire et de la recherche. L’ensemble de ses acteurs seront représentés au sein de ses instances.


a – Objet social (sujet à caution)
Instituer les cultures urbaines ; faciliter la circulation de l’information sur les cultures urbaines et leurs évolutions. Rechercher et collecter toutes les données susceptibles d’accroître la connaissance des réalités et problématiques artistiques et culturelles. Organiser des rencontres où s’articuleront recherches des universitaires et expériences des acteurs de terrain ; faciliter la circulation de l’information sur cultures urbaines et leur évolution ; favoriser l’organisation de séminaires ; développer les échanges au niveau national et international ; développer toutes actions en rapport avec ces objectifs. Réfléchir sur les modes de construction des échanges culturels, sur les mutations (transformations et changements) interculturelles dues, d’une part, au processus migratoires et, d’autre part, aux effets des relations internationales.

b - Son rôle et ses missions
- Explorer les interactions entre les dynamiques artistiques, culturelles, sociales et sociétales et les politiques publiques dans leur dimension territoriale;
- Promouvoir l’action artistique à l’échelle nationale, européenne et dans l’espace francophone en faisant appel à des réseaux organisés ou à créer avec l’accompagnement et le développement de partenariats avec les affaires étrangères, institutions et organisations conventionnées, ONG.
- Accompagner diverses initiatives des collectivités territoriales et des services de l’État au développement et à l’organisation des Cultures Urbaines en apportant un expertise et la technicité qui en résulte, appuyer les projets locaux et œuvrer pour l’harmonisation des acteurs et de la visibilité des actions à mener;
- Soutenir la réflexion en faveur de la coopération et des échanges culturels sur le plan national et international;
- Contribuer à la professionnalisation des acteurs et des artistes,
- Capitaliser de la réflexion sur les cultures urbaines;
- Participer à la sensibilisation des acteurs culturels aux enjeux des politiques publiques et à celle des décideurs publics aux enjeux artistiques et culturels, en restituant et en mettant en débat, auprès des élus, des professionnels, des responsables institutionnels, des chercheurs, ses observations et analyses.

Ces missions se traduisent en 4 axes de travail opérationnels que l’ONCU organise et met en œuvre :
* Des études et des recherches-actions
* Des formations
* Une activité de conseil, d’expertise, d’accompagnement, d’information,
* Des publications sous la forme d’ouvrages, d’études et une revue semestrielle


c - Pilotage d’études
Les études de l’Observatoire portent sur l’analyse des enjeux de la valorisation des Cultures Urbaines. Pour cela, nous n’avons pas attendu de créer l’observatoire national, la FNCU ayant largement participée depuis sa création sur la réflexion de comment valoriser les Cultures Urbaine en France.

Ces réflexions ont permises d’exploiter diverses propositions :

Musée Académique des Cultures Urbaines
Centre de diffusion culturelle et centre de formation qualifiante (création du statut de danseur Hip Hop...). Musée vivant, salle de diffusion nationale, production nationale, répétition...
Projet présenté à Renaud Donnedieu de Vabres, ancien ministre de la Culture lors d’une entretien informel.

Labéliser les Cultures Urbaines
Face à une demande grandissante, secteur associatif que marchand, il devient incontestable d’identifier les structures proposants des formations gratuites ou payantes, si les structures font appel à un personnel « qualifié ». Dans la démarche de professionnaliser les acteurs des cultures urbaines, une réflexion sur la création d’un label sera étudié prochainement.

b[Formation des Professionnels de la filière]
Définir une Formation pédagogique des artistes chorégraphiques de danse HIP HOP et Urbaine / Diplôme d'État de professeur de danse HIP HOP et Urbain / Certificat d'aptitude aux fonctions de professeur de danse.


Il n’existe pas de diplôme ni de reconnaissance académique entourant la pratique et l’enseignement de la danse hip-hop. La question de la transmission de la culture urbaine se pose d’autant plus qu’elle ne s’avère pas près de mourir. Jusqu’où doit-on institutionnaliser sa transmission ? La fédération réunira en novembre prochain les acteurs du mouvement de la danse Hip Hop et urbain pour définir des orientations pour l'année 2010 pour concevoir le statut professionnel des acteurs.

French Touche Battle Championship
Il s’agit d’organiser un CHAMPIONNAT NATIONAL OFFICIEL reconnu par le Ministère de la Culture et du Ministère de la Jeunesse et des Sports. Pour l'organisation et décider du lieu et de la définitive, nous proposons la mise en place d'un comité d'organisation ouvert à vous tous. Pour y participer, que vous soyez solo, collectif ou association, rendez-vous sur le site pour partager le projet!

L’objectif principal est bien entendu de reconnaitre le talent de nos sportifs et artistes français par la remise d’un titre officiel.

La France organise de nombreux Battle de danse urbaines, souvent importés de l’Europe, mais n’ayant pas la reconnaissance institutionnel, si ce n’est la reconnaissance entre les pratiquants eux-mêmes et les organisateurs qui développent uniquement la marchandisation des évènements sans apporter une valeur des vainqueurs. En France, de nombreux sponsors émettent le souhait de soutenir de tels évènements. Le manque d’encadrement au niveau national peut engendrer des débordements dans l’organisation en marginalisant un peu plus les pratiquants.

Festival francophone de musique RAP "FRANCORAP"
Le Festival Francophone de Rap «FRANCORAP», premier festival de rap francophone répond à la valorisation des Cultures Urbaines et ainsi apporter une visibilité pour mieux encourager les talents, aussi bien le travail amateur ou professionnel. Pour cette première édition, nous espérons associer les institutions, collectivités et acteurs culturels en consolidant la relation entre les partenaires et pérenniser un festival en phase avec son temps. Une sélection internationale à travers les réseaux cultures français sera officiellement lancée le 30 juin 2009. Le festival sera organisé à Toulouse en 2010.



Intégrer les politiques artistiques des Cultures Urbaines dans les communes

Réfléchir à de nouvelles compétences oblige à s’interroger sur l’opportunité d’avoir de nouveaux rapports avec les acteurs des cultures urbaines. Ou, pour certains élus de réfléchir notamment dans ses aspects professionnels (réseaux, systèmes de notoriété, normes de production et de diffusion), juridiques (droits d’auteur) et sociaux (intermittence, statut de plasticien, du danseur).

Rédigé le Lundi 26 Octobre 2009 - Service de la Communication

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Novembre 2017 - 15:05 Opération "Anime ton quartier"

Lundi 28 Août 2017 - 14:01 La Ville partenaire des Bouchons d'amour


La mairie | Vie pratique | Culture/Patrimoine | Sport et Loisirs | Aménagement du territoire | Economie et solidarité | Vie citoyenne | Vie associative | Tourisme | Communiqués | En guyane et ailleurs | Les archives | La Ville au rythme des vacances